Navigation – Plan du site
ATELIER 1 : DISCOURS ET RÉCITS SUR L’ÉDUCATION EN ASIE

Les discours qui façonnent l’éducation au Pakistan : perspectives historiques et sociologiques

Al-Karim Datoo
Traduction de Helen Tomlinson et Sylvaine Herold
Traduction(s) :
Predominant narratives shaping education in Pakistan: historical and sociological perspectives

Texte intégral

1Cette présentation cherche à identifier, retracer et analyser certains discours dominants qui ont structuré et façonné les efforts éducatifs de la société pakistanaise depuis son indépendance en tant qu’État-nation en 1947. Cette présentation n’est qu’une des nombreuses interprétations possibles de cette question. Dans ce qui suit, nous offrons un bref aperçu des discours et récits prédominants qui ont contribué à façonner les politiques éducatives au Pakistan.

Le récit sur l’identité postcoloniale et l’éducation

2L’un des principaux récits, que l’on pourrait considérer, avec du recul, comme un « métarécit », ayant façonné la nature, le contenu et les perspectives du système éducatif national pakistanais, est ce que l’on peut nommer le récit sur l’identité nationale postcoloniale.

3Ayant acquis son indépendance politique en tant qu’État-nation en 1947, le tout jeune Pakistan dut relever le défi de se constituer une identité distincte, c’est-à-dire d’exprimer une singularité nationale afin de se démarquer et de se distancier, consciemment et sur le plan des représentations, à la fois des empreintes coloniales du passé et de la force religieuse et socioculturelle dominante qu’était alors l’hindouisme (cette majorité démographique, si nouvelle à l’époque, était une expérience sociale et politique marquante pour ces communautés d’immigrés musulmans qui avaient traversé les frontières pour s’installer au Pakistan, tout en conservant leurs anciennes attaches socioculturelles, leurs souvenirs et leurs amitiés). Pour cela, le système éducatif national a été utilisé comme un instrument clef de la construction de l’identité nationale, en particulier au niveau de l’élaboration des contenus des programmes scolaires.

4Au sujet de ce processus de construction identitaire, Kumar (2001) remarque que le Pakistan a dû inventer son identité deux fois : d’abord, au moment de son indépendance ; puis au moment où l’ancien Pakistan de l’Est, aujourd’hui le Bangladesh, s’est séparé du pays pour devenir indépendant en 1971. Ces moments historiques ont tous deux contribué à façonner les sujets scolaires et leur contenu.

Le discours du nationalisme religieux : islamisation et éducation

  • 1 Dans le texte : « Islamiat » (NdlR).

5Comme le souligne Kumar, à ces deux grands moments historiques de (ré)-invention de l’identité du pays, le discours religieux de l’islam, en tant que base religieuse et-idéologique, est apparu comme un récit national définissant le caractère et le destin du Pakistan. L’idéologie de l’islam a servi de référence pour la création du Pakistan en tant que patrie indépendante (la théorie des deux nations constituant alors le discours officiel à partir duquel la lutte politique contre la majorité hindoue et les anciens maîtres coloniaux était menée). Ce même discours religieux et idéologique a également façonné la nature et le contenu du système éducatif, dans ses perspectives politiques et ses programmes scolaires nationaux. À partir de 1971, et notamment pendant l’ère de Zia-ul-Haq, ce discours idéologique se voit considérablement renforcé à la fois dans et à travers les programmes scolaires. Certaines matières telles que les études pakistanaises et les études islamiques1 deviennent obligatoires à l’école. Ainsi, le discours religieux et le récit sur l’identité nationale se sont imbriqués, le système éducatif, les programmes scolaires et les médias populaires jouant un rôle important dans l’association de ces récits dans l’imaginaire social de la société pakistanaise.

  • 2 La subversion subtile : état des lieux des programmes et manuels scolaires dans la société pakistan (...)

6Afin d’analyser la façon dont le récit sur l’identité postcoloniale et celui du nationalisme religieux (islamisation de l’éducation) ont, à la fois, été construits par et ont exercé leur influence sur la nature même et le contenu des programmes scolaires nationaux, on peut analyser utilement le rapport de Nayyar et Salim The Subtle Subversion: The State of Curricula and Textbooks In Pakistani Society2 (2002).

Le discours de la modération éclairée : réalités et récits de l’après 11 septembre 2001

7Pour prolonger l’argument de Kumar, il pourrait être ajouté que le Pakistan a dû inventer son identité une troisième fois, en réponse aux situations et aux scénarios issus de l’après 11 septembre 2001. Sous la direction du président, le général Musharraf, un discours de « modération éclairée » a été proposé et soutenu par différents acteurs de la société civile, ainsi que par l’intelligentsia et les médias. Ce discours a largement sous-tendu la formulation d’une « nouvelle » politique éducative pour le Pakistan. On peut également observer que la visibilité des médias s’est nettement accrue pendant cette période. Une analyse critique des médias pakistanais montrerait qu’il s’agit d’une institution très puissante, qui soutient simultanément les divers discours de la modération éclairée, de la double identité religieuse et nationale, de l’idéologie islamique, du marché et de l’économie néolibérale, etc. Ces discours, souples et vivants, façonnent de manière considérable la société pakistanaise. Il convient de noter qu’à ce jour il n’existe pas de média significatif consacré à l’éducation, capable d’éduquer la jeunesse et la société dans son ensemble.

Le discours de la mondialisation et l’éducation

8La mondialisation est un autre discours puissant qui exerce actuellement une influence sur le système éducatif pakistanais en général, et sur les réformes de l’enseignement supérieur, en particulier. Une analyse de la politique récente du pays en matière d’éducation indique clairement que le pays se positionne par rapport aux possibilités offertes et aux défis posés par la mondialisation. À cet égard, le discours sur la politique éducative semble aborder une question clé qui est celle de réconcilier le global et le local, l’universel et le particulier, l’autre (la culture mondiale) et le soi. L’analyse d’extraits de textes politiques pakistanais en matière d’éducation peut permettre d’évoquer les dynamiques global/local en jeu et de voir comment elles façonnent à leur tour la réponse éducative. À ces dynamiques, on pourrait également ajouter les discours sur le développement et sur la marchandisation de l’éducation, qui sont en jeu dans les secteurs éducatifs publics et privés. Pour revenir au discours de la mondialisation et aux réponses qui sont formulées en matière de politique éducative, il convient de noter que des programmes scolaires doivent encore être élaborés pour tenir compte de l’approche présentée dans les textes de politique. À l’heure actuelle, il existe un décalage important entre cette approche et l’absence de programmes scolaires appropriés pour aider les élèves à mieux appréhender le global et le local, la diversité culturelle et l’identité, et à naviguer entre ces notions (Datoo, 2009).

Quelques remarques

9Les différents discours présentés ici semblent exercer une influence sur les contenus et les perspectives du système éducatif pakistanais qui, à leur tour, apportent aux élèves un ensemble particulier de conceptions du monde et de valeurs sous-jacentes. Par exemple, le récit sur l’identité postcoloniale a tendance à épouser des valeurs sur la base desquelles une notion d’identité propre peut être construite. Par ailleurs, le discours de la mondialisation, en particulier dans le contexte de la « modération éclairée », englobe partiellement les possibilités et les valeurs de l’inclusion et du pluralisme. Dans le même temps, le discours de l’économie de marché néolibéral, exprimé dans et à travers la culture de la consommation soutenue par les médias (qui s’établit de manière visible au Pakistan, en particulier dans des mégalopoles telles que Karachi, Lahore, Islamabad, etc.), introduit un certain type de valeurs dans la société, par exemple celle qui veut que le statut social et le capital social d’une personne soient largement déterminés par les marques qu’elle achète (vêtements, téléphones portables, accessoires). Il est également vrai que les différents discours s’établissent dans différents contextes, en fonction de la classe sociale, des origines économiques, du genre, de l’accès aux technologies numériques, du capital social, de l’accès aux medias, etc. d’un individu ou d’un groupe social particulier. L’urbanisation et la « semi-urbanisation » sont également des facteurs contextuels puissants car elles déterminent l’accès aux opportunités économiques, à la mobilité sociale et aux autres capitaux sociaux et culturels qui y sont associés, ainsi que l’accès aux technologies numériques et aux médias.

10Tous ces discours concurrentiels sont à l’œuvre dans la société pakistanaise contemporaine et constituent l’habitus dans lequel les jeunes vivent, interprètent le monde et y réagissent (sur le plan local et global). Jusqu’à quel point le système éducatif d’aujourd’hui est-il en mesure d’accompagner la jeunesse pakistanaise dans un tel contexte ? Quel type d’éducation est-il nécessaire ? De quels discours ou « nouveaux » récits a-t-on besoin pour éduquer les jeunes aujourd’hui ?

Haut de page

Bibliographie

Kumar, K. (2001). Prejudice and Pride: School Histories of the Freedom Struggle in India and Pakistan. New Delhi: Viking.

Datoo, A. (2009). « Critical ethnography, local-global cultural dynamics and students’ identity: Perspectives from an urban school in Pakistan. » Thèse, McGill University: Montréal.

Nayyar, A. H., and Salim, A. (2002). The Subtle Subversion: The State of Curricula and Textbooks in Pakistan. Islamabad: Sustainable Development Policy Institute.

Haut de page

Notes

1 Dans le texte : « Islamiat » (NdlR).

2 La subversion subtile : état des lieux des programmes et manuels scolaires dans la société pakistanaise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Al-Karim Datoo, « Les discours qui façonnent l’éducation au Pakistan : perspectives historiques et sociologiques », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], Colloque : L’éducation en Asie en 2014 : Quels enjeux mondiaux ?, mis en ligne le 04 juin 2014, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://ries.revues.org/3736

Haut de page

Auteur

Al-Karim Datoo

Al-Karim Datoo est sociologue de l’éducation et coordinateur de recherche à l’Institut des études Ismaili de Londres. Il a travaillé dans le domaine des sciences sociales et de la recherche en éducation (2009-2012) à l’Institut universitaire Aga-Khan pour le développement de l’éducation au Pakistan. Ses principaux intérêts de recherche portent sur la sociologie de la connaissance ; les interactions entre mondialisation, culture et éducation ; les curricula, les interactions interculturelles et la formation des valeurs chez les jeunes. Son doctorat en sociologie de la culture de la mondialisation et de l’éducation (Université McGill, Canada), était une ethnographie critique de l’enseignement au Pakistan. Il est diplômé en méthodologie de recherche en éducation (Université d’Oxford) et du programme d’études supérieures en études islamiques et humanités de l’Institut des études Ismaili. Courriel : ADatoo@iis.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page