Navigation – Plan du site
ATELIER 5 : ÉCOLE ET SOCIÉTÉS, LA CONFIANCE EN JEU

La confiance en jeu : les formes parallèles de « l’éducation de l’ombre » à Taïwan

Chuing Prudence Chou
Traduction de Jérôme Quintana
Traduction(s) :
A matter of trust: shadow education in Taiwan

Texte intégral

1Taïwan, appelée « Formosa » pendant des siècles, notamment en Occident, fait officiellement partie de la République de Chine et est connue pour la beauté de ses paysages naturels et pour la rapidité de sa croissance économique. Au cours du siècle dernier, cette croissance lui a valu de figurer parmi les « quatre tigres asiatiques » avec Hong-Kong, la Corée et Singapour (Chou et Ching, 2012).

2La société taïwanaise a été fortement influencée par les valeurs confucéennes, telles que l’autoritarisme politique, la structure sociale, les réseaux humains et l’éducation (Yao, 2000). C’est pourquoi elle accorde une place très importante aux diplômes et au système des examens, ce dernier remontant à la période de l’empire de Chine, qui a duré plus de mille ans (694-1895). Ce système était utilisé comme outil de contrôle social par la classe dirigeante, afin de sélectionner au moyen d’examens des intellectuels voués à garnir les rangs de la classe des gouvernants. Jusqu’à ce jour, la société taïwanaise demeure sous l’influence de cette tradition des examens qui nécessite de la part des élèves beaucoup de travail d’entraînement et de répétition. Les parents chinois/taïwanais ont pour la plupart la conviction que les efforts importent plus que les aptitudes innées, si leurs enfants souhaitent améliorer leurs résultats scolaires (Hwang, 2012 ; Stevenson et Lee, 1996). En conséquence, les écoles à Taïwan valorisent en priorité les notions d’effort, de persistance et de rigueur qui nécessitent de consacrer plus de temps au travail (Zhou 2000).

Le système éducatif taïwanais

3Le système éducatif taïwanais comprend six années d’enseignement primaire, six années d’enseignement secondaire inférieur et supérieur et quatre années d’enseignement supérieur. L’enseignement obligatoire couvre les neuf premières années depuis 1968 et s’étendra à douze années d’enseignement de base à compter de l’automne 2014. Pour un élève taïwanais, la principale difficulté réside dans le fait d’intégrer un établissement d’enseignement secondaire, car en dépit des neuf années d’enseignement obligatoire à Taïwan, les élèves doivent passer des examens d’entrée pour intégrer l’enseignement secondaire ou professionnel. Ce processus se répète ensuite pour l’accès à l’enseignement supérieur. La préparation aux examens constitue la cause principale de la pression à l’école. Pour obtenir des meilleurs résultats aux examens d’entrée au lycée ou à l’université, en fin de 9e ou de 12e année, les élèves ont tendance à rester à l’école pour suivre des « cours supplémentaires » tard le soir, jusqu’à 20 h ou 21 h.

4Il est évident que ce système éducatif constitue l’un des agents de socialisation les plus importants pour les jeunes Taïwanais. En effet, comme de nombreux jeunes d’autres pays asiatiques, les élèves taïwanais passent une grande partie de leur temps à l’école, parfois depuis leur plus jeune âge jusqu’au début de la vingtaine. Passer une longue journée à étudier à l’école, ce qui est le quotidien des élèves, reflète la philosophie éducative asiatique selon laquelle plus la journée ou l’année scolaire est longue, plus cela favorise le temps consacré à l’apprentissage, ce qui entraînera au bout du compte de meilleures performances d’apprentissage et de meilleurs résultats aux examens (Ellis, 1984 ; Gettinger, 1984).

5À Taïwan, comme dans toute autre société asiatique, les parents investissent la plupart de leurs économies dans les études de leurs enfants, que ce soit en finançant des cours de préparation intensive aux examens, des cours supplémentaires privés ou des activités parascolaires. De ce fait, plus le statut socioéconomique de la famille est élevé, plus les attentes éducatives seront élevées (Chou et Yuan, 2011). Selon Stevenson et Baker (1992), les élèves japonais ont tendance à avoir plus de chances d’accéder à l’université s’ils viennent de milieux privilégiés et s’ils suivent en parallèle une préparation intensive aux examens. C’est hélas également le cas à Taïwan, où les ressources éducatives provenant des familles, alliées à une préparation intensive aux examens, favoriseront l’accès des élèves à l’enseignement supérieur (Chou, 2008a).

Les formes parallèles de « l’école de l’ombre » : de la cause à l’effet

6« L’école de l’ombre », qui porte aussi l’appellation de « boîtes à bachotage » (cram schools), consiste à préparer un examen proche de manière plus intensive, ou à étudier rapidement une matière (Chou et Yuan, 2011 ; Bray, 2009). En d’autres termes, ces établissements spécialisés dans la préparation intensive aux examens entraînent les élèves de façon plus efficace et monnayable (Huang 2004).

7Selon une étude, un élève du secondaire passe en moyenne la moitié de sa journée à l’école et dans une boîte à bachotage (Chou, 2008b). La plupart des élèves du secondaire se consacrent à des activités scolaires (y compris de préparation aux examens) plutôt qu’à leur vie personnelle. En outre, de nombreux élèves de 9e et de 12e année suivent des cours d’entraînement intensif pour obtenir de meilleurs résultats aux examens d’entrée (Chou et Ching, 2012) ; 84 % des élèves inscrits dans des boîtes à bachotage sont des élèves du primaire ou du secondaire inférieur.

8Les boîtes à bachotage se divisent généralement en buxibans traditionnels et en anchinbans (connus sous le nom d’« études »). À l’exception de certains cours axés sur le renforcement des talents, les buxibans proposent pour la plupart un enseignement et des tests d’évaluation des matières au programme des établissements classiques, alors que les anchinbans s’occupent d’un groupe d’enfants pour le suivi des devoirs avant que leurs parents ne viennent les chercher.

Des boîtes à bachotage au service du profit ou de la remédiation ?

9Depuis le milieu des années 1990, le ministère de l’éducation taïwanais a lancé une série de réformes éducatives pour tenter de réduire la pression due aux examens et favoriser l’esprit créatif des élèves. Ces changements n’ont toutefois pas permis de réduire le stress des élèves, entraînant au contraire une hausse de la fréquentation des boîtes à bachotage. Taïwan comptait par exemple 5 891 établissements agréés de ce type en 2001, mais leur nombre a, de manière inattendue, plus que triplé en une décennie ; 80 % de ces établissements se consacrent exclusivement à la préparation des examens (Bureau d’information du gouvernement 2010). Leur nombre, déterminé en fonction de la demande du marché, prolifère à Taïwan. Ainsi, plus la demande émanant du grand public est élevée, plus ces établissements ont des chances de prospérer.

10Les raisons qui expliquent l’essor des boîtes à bachotage sont les suivantes (Chou et Yuan, 2011 ; Huang, 2004 ; Hsu, 2002) :

  • les cours supplémentaires ont tendance à améliorer les notes des élèves et leurs résultats aux examens ;

  • la survalorisation des diplômes a créé une énorme pression en faveur de l’apprentissage fondé sur la préparation aux examens ;

  • les parents se soucient beaucoup des performances scolaires de leurs enfants ;

  • certains établissements publics ne peuvent pas répondre aux besoins scolaires des élèves ;

  • il existe un écart entre ce que les élèves apprennent et ce sur quoi ils sont évalués lors des examens d’entrée.

  • 1 66 € (NdT).
  • 2 ou 200 € (NdT).

11Par ailleurs, au sein d’une société mettant l’accent sur le groupe, les élèves subissent la pression de devoir adhérer à des normes sociales et surestiment la valeur des boîtes à bachotage, ce qui les pousse à suivre les autres élèves aveuglément. En moyenne, les parents taïwanais paient 2 640 nouveaux dollars taïwanais 80 $US1 par matière et par mois pour que leurs enfants fréquentent ces établissements. Ces frais peuvent atteindre 7 920 NT$ [240 $US]2 par mois, ce qui grève lourdement le budget de chaque famille taïwanaise (Chou et Yuan, 2011).

12En matière de confiance dans l’éducation à Taïwan, il est incontestable que « l’éducation de l’ombre » ou les boîtes à bachotage ont contribué à compléter l’offre éducative à Taïwan, tant dans la sphère scolaire que dans la sphère non scolaire. Le caractère généralisé de ce type d’établissement pose un certain nombre de défis pour les gestionnaires de l’éducation et pour les parents, qui ont des avis partagés sur cette industrie de l’éducation très rentable. S’il existe autant d’établissements de ce type, pourquoi les établissements publics ne parviennent-ils pas à répondre aux besoins scolaires des élèves ? Fréquenter un buxiban n’est pas donné : les frais d’inscription sont élevés et le budget des parents s’en trouve lourdement grevé. Si l’existence de ce type d’établissement à Taïwan est inévitable, comment peut-on améliorer la qualité de l’enseignement public ? Comment peut-on réduire la pression des examens d’entrée subie par les élèves ? Comment peut-on convaincre les parents qu’il ne faut pas surcharger leurs enfants de travail et que ceux-ci peuvent exceller dans d’autres domaines ? Enfin et surtout : comment « l’éducation de l’ombre » peut-elle compléter l’enseignement classique de manière plus constructive ? A Taïwan, ces questions attendent encore une réponse.

Haut de page

Bibliographie

Bray, Mark. 2009. Confronting the Shadow Education System. Paris: UNESCO: IIEP.

Chou, C.P.and Ching, G.(2012). Taiwan Education at the Cross-road: When Globalization Meets Localization. New York: Palgrave Macmillan.

Chou, C. P. and J. K. S. Yuan. 2011. « Buxiban in Taiwan ». IIAS Newsletter, Spring.

Chou,C.P. (2008a). The Impact of Neo-Liberalism on Taiwanese Higher Education. International Perspectives on Education and Society. 9: 297–311.

———( 2008b). Mr. President: How Are You Going to Deal with Education in Taiwan? Taipei: Psychology.

Ellis, T. I. (1984). Extending the School Year and Day, ERIC Digest, 7.

Gettinger, M. (1984). Achievement as a Function of Time Spent in Learning and Time Needed for Learning, American Educational Research Journal, 21, 3: 617-628.

Government Information Office. 2010. The Republic of China at a Glance. Taipei : Government Information Office. Consultable en ligne sur : http://www.gio.gov.tw.

Hsu, Chi-ting. 2002. « Study of Grade Nine Students’ View on Cram Schools and School Education ». Mémoire de master non publié, Graduate Institute of Science Education, National Taiwan Normal University.

Huang, Hsing-mei E. 2004. « Effects of Cram Schools on Children’s Mathematics Learning ». In How Chinese Learn Mathematics: Perspectives from Insiders. Series on Mathematics Education. vol. 1, coord. Liang-hou Fan, Ngai-ying Wong, Jianfei Cai, et Shiqiao Li, 282-306. Singapore: World Scientific.

Hwang, K.K. (2012). Foundations of Chinese psychology: Confucian Social Relations. New York : Springer.

Stevenson and Backer. 1992. Shadow Education and Allocation in Formal Schooling. American Journal of Sociology 97 (6).

Stevenson, H. W., and S.-Y. Lee. 1996. « The Academic Achievement of Chinese Students ». In The Handbook of Chinese Psychology, edited by M. H. Bond, 263-279. New York: Oxford University Press.

Yao, Xin-Zhong. (2000). An Introduction to Confucianism. Cambridge: Cambridge Press.

Zhou, Yu-Wen. (2000). « Confucianism and Competition of Education ». In International Conference for a Study on the Competition of Education in Confucian Asia for Center for Educational Research, 204-210, dir. S. W. Yang. Taipei : National Taiwan University.

Haut de page

Notes

1 66 € (NdT).

2 ou 200 € (NdT).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chuing Prudence Chou, « La confiance en jeu : les formes parallèles de « l’éducation de l’ombre » à Taïwan », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], Colloque : L’éducation en Asie en 2014 : Quels enjeux mondiaux ?, mis en ligne le 06 juin 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://ries.revues.org/3779

Haut de page

Auteur

Chuing Prudence Chou

Chuing Prudence CHOU (周 祝 瑛) a obtenu son doctorat en éducation comparée et internationale de l’Université de Californie, Los Angeles (UCLA), et est professeur au Département de l’éducation à l’Université nationale Chengchi (NCCU), Taipei, Taiwan. Elle a été professeur invité pour la recherche et l’enseignement (Fulbright et autres programmes) dans plusieurs universités (Miami, Harvard , Auckland , Toronto , Hawaï , l’Université normale de Beijing , l’Université normale de la Chine du Sud , etc.) Ses intérêts de recherche portent sur l’éducation supérieure comparée, les réformes de l’éducation dans le contexte mondial et les questions d’éducation dans la République populaire de Chine. Chou a écrit et édité de nombreuses publications en chinois et en anglais. Son livre intitulé The Great Experiment of Taiwanese Education : 1987-2003, est une publication reconnue et largement citée à Taiwan. Dans un autre livre, Taiwan Education at the Crossroad : When Globalization Meets Localization (2012, Palgrave Macmillan), elle propose un nouveau paradigme qui vise à promouvoir la compréhension mutuelle et la paix entre les nations en conflit par le biais d’échanges éducatifs. Dans son livre nouvellement édité, The SSCI Syndrome in Higher Education (2014, Sense Publishers ), Chou se demande en quoi l’importance accrue accordée en Asie au classement des publications dans l’index Thomson Reuters ISI citation est un phénomène mondial et controversé. Courriel : iaezcpc2007@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page