Navigation – Plan du site
ATELIER 3 : ENJEUX ET MODALITÉS DU FINANCEMENT DE L’ÉDUCATION EN ASIE

Sous-financement de l’éducation et émergence du secteur privé : le cas de l’Inde

Prachi Srivastava
Traduction de Nolwen Henaff
Traduction(s) :
Under-financing education and the rise of the private sector: the case of India

Notes de l’auteur

Travail en cours. Merci de ne pas citer ou emprunter des extraits sans permission.

Texte intégral

Le contexte global du financement de l’éducation

  • 1 Il s’agissait des États-Unis, de la France, du Japon, de la Norvège, des Pays-Bas, et du Canada. Le (...)

1L’agenda éducatif post-2015 s’élabore dans un contexte de crise du financement. Les plus passionnés d’entre nous pourraient même considérer que c’est un scandale. Six sur les dix bailleurs bilatéraux à l’éducation de base ont réduit leur assistance entre 2010 et 2011, cette aide stagnant depuis (UNESCO, 2013).1 En conséquence, le déficit de financement de l’éducation de base que l’on estimait à 16 milliards de dollars par an, il y a tout juste trois ans, est passé à 26 milliards de dollars si l’objectif d’éducation élémentaire universelle doit être atteint en 2015 (UNESCO, 2014b). Six jours de dépenses militaires dans les pays riches auraient pu combler le déficit de 16 milliards de dollars (UNESCO, 2011).

2En outre, alors que le Rapport 2013/2014 de suivi mondial de l’éducation pour tous (EPT) de l’UNESCO recommande d’allouer 6 % du PNB à l’éducation, c’est le cas de seulement 27 % des pays (41 sur 150) pour lesquels les données sont disponibles (UNESCO, 2014b, p. 113). En dépit du fait que les budgets de l’éducation se sont accrus dans la plupart des pays depuis le lancement de l’EPT, 25 pays dépensent moins de 3 % de leur PNB pour l’éducation en 2010 – certains d’entre eux ayant même réduit leurs dépenses (comme le Bangladesh et le Pakistan) (UNESCO, 2014b). En 2009, l’éducation représentait 2 % de l’aide humanitaire, bien que 50 % des enfants hors de l’école vivent dans des zones affectées par des conflits ou fragilisées (UNESCO, 2011, p. 204) – et 21 pays en développement dépensaient plus pour la défense que pour l’éducation (UNESCO, 2011).

3Dans ce contexte général, cette contribution offre une brève analyse du financement de l’éducation en Asie du Sud, mettant en évidence les tendances en Inde pendant la période couverte par l’EPT (c’est-à-dire depuis 2000). Les résultats montrent un sous-financement chronique, malgré une croissance économique accélérée pendant la période.

4Cette contribution soutient que la logique de « ressources rares » a été utilisée pour promouvoir une action accrue par les acteurs privés non-étatiques, en parallèle (peut-être de manière paradoxale en apparence) avec le programme concerté d’éducation élémentaire universelle Sarva Shiksha Abhiyan (SSA) à partir de 2000, et avec la loi adoptée en 2009 sur le « Droit des enfants à une éducation gratuite et obligatoire » (Loi RTE). L’article montre que des préoccupations politiques opportunistes ont conduit à sous-financer la loi RTE en faveur d’un engagement renforcé du secteur privé, présumé capable de fournir des capacités supplémentaires. L’implication accrue du secteur non étatique privé a été encouragée par des processus de macro-planification et des structures enthousiastes à propos de cette implication, en particulier à travers les partenariats public-privé (PPP). Cela a entraîné l’émergence et l’accroissement de l’implication de « nouveaux » acteurs non-étatiques privés « non traditionnels » dans le domaine de l’éducation. Il pourrait s’ensuivre des tensions à propos du rôle que le secteur non étatique peut jouer au vu des obligations légales de la loi RTE.

Dépenses publiques d’éducation en Asie du Sud

  • 2 Cette présentation utilise le regroupement régional official de la Banque mondiale pour l’Asie du S (...)

5Le scénario des dépenses publiques d’éducation en Asie du Sud n’est pas plus prometteur que le scénario global2. Depuis le lancement de l’EPT, on observe de faibles niveaux de dépenses d’éducation en proportion du PNB dans la région, à l’exception du Bhutan, des Maldives, et d’une tendance à l’accroissement au Népal (figure 1). Les Maldives ont constamment dépensé entre 5 et 7 % de leur PNB pour l’éducation pendant la période concernée, et c’est le seul pays qui atteint les 6 % en moyenne (tableau 1). Bien que les dépenses du Bhutan soient, avec une moyenne de 5,35 % du PNB, supérieures à celles du Népal en termes absolus, elles ont enregistré une tendance à la baisse, passant de 5,51 % en 2000 et du record de 7,08 % en 2005 à 4,65 % en 2011.

  • 3 Calculs effectués à partir des projections du rapport de Suivi de l’éducation pour tous 2011, UNESC (...)

6On observe une baisse régulière à partir des niveaux déjà faibles de dépenses éducatives au Bangladesh après 2007, au Pakistan après 2008, et au Sri Lanka après 2009. Les dépenses publiques moyennes dans ces pays ont stagné à environ 2 % du PNB entre 2000 et 2012. Enfin, les dépenses publiques d’éducation en Inde ont stagné autour de 3 %, atteignant en moyenne 3,38 % pendant la période (tableau 3). De manière plus inquiétante, on note qu’à eux seuls, l’Inde et le Pakistan compteront, selon les projections, 23 % des enfants hors de l’école dans le monde en 20153.

Figure 1. Dépenses d’éducation en pourcentage du PNB, 2000-2012

Figure 1. Dépenses d’éducation en pourcentage du PNB, 2000-2012

Source : UNESCO Institute for Statistics (UIS) data tables, 2014

Tableau 1. Dépenses moyennes d’éducation en Asie du Sud 2000-2012, en pourcentage du PNB

Pays

Afghanistan

Bangladesh

Bhutan

Inde

Maldives

Népal

Pakistan

Sri Lanka

Dépense moyenne

n.d.

2,38

5,35

3,38

6,02

3,62

2,33

1,93

Note : Les dépenses moyennes sont calculées sur les années pour lesquelles les données sont disponibles. Pour certains pays, les données sont plus complètes que pour d’autres, comme on peut le constater sur la figure 1.

Source : Calculs basés sur les données de l’UIS UNESCO, 2014.

Tableau 2. Dépenses d’éducation en Inde, en proportion du PNB, 2000-2012 (pourcentages)

Année

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

2010

2011

2012

Moyenne

2000-2012

Dépense moyenne

4,25

n.d.

n.d.

3,55

3,29

3,13

3,09

n.d.

n.d.

3,21

3,32

3,17

n.d.

3,38

Source : UNESCO Institute for Statistics (UIS) data tables, 2014

Dépenses d’éducation en Inde : volonté politique insuffisante ou ressources rares ?

7La faiblesse des dépenses d’éducation en Inde est difficile à expliquer. Après l’indépendance, la commission Kothari (1964-1966) avait proposé un système scolaire commun avec une augmentation progressive des dépenses publiques d’éducation pour atteindre le niveau de 6 % du PNB en 1985. Cette recommandation n’a jamais été suivie d’effets.

  • 4 Le gouvernement de l’Inde met en œuvre un processus de macroplanification tous les cinq ans. Un pla (...)

8Alors que l’engagement renouvelé de porter les dépenses publiques d’éducation à 6 % du PNB dans le document Approche du Onzième Plan (Planning Commission, 2006, p. 57) avait été accueilli avec enthousiasme, les dépenses publiques d’éducation n’ont pas augmenté pendant la période du Plan (2007-2012)4. En plus des données présentées ci-dessus, l’analyse détaillée par Tilak (2010) des allocations budgétaires met en évidence une tendance inquiétante. Les allocations du gouvernement central à l’éducation n’ont augmenté que de manière très modeste, passant de 0,58 % du PNB en 2006-2007 à 0,71 % du PNB en 2010-2011, la dernière année d’allocation du Plan. Les gouvernements des États, qui dépensent généralement plus en raison de la structure du financement de l’éducation en Inde, n’ont pas fait beaucoup mieux. Leurs allocations ont enregistré un faible accroissement, passant de 2,2 % du PNB en 2006-2007 à 2,6 % en 2009-2010 (Tilak, 2010).

9Traditionnellement, l’argument de la rareté des ressources a été utilisé pour justifier la faiblesse des allocations de ressources publiques à l’éducation. Cependant, cet argument est difficilement justifiable alors que l’Inde connaît un essor économique depuis 2000. Les périodes des dixième et onzième Plans ont enregistré de forts taux de croissance macroéconomiques de l’ordre de 8 à 10 % par an (Planning Commission, 2005 ; 2006). De plus, il a été largement reconnu que l’Inde avait été protégée de la crise économique mondiale, et qu’alors que la croissance ralentissait ces dernières années, elle était encore de l’ordre de 4 à 5 %.

10Il existe donc un large mécontentement relatif à la faiblesse des niveaux de dépense gouvernementale pour l’éducation. Les chercheurs ont argué qu’il y avait un sérieux manque de volonté politique et d’engagement au plus haut niveau (Kumar, 2008 ; Rao, 2002 ; Tilak, 2010). J’ai discuté ailleurs l’idée que les agences internationales et les gouvernements nationaux (y compris celui de l’Inde) utilisaient l’argument de la rareté des ressources pour mobiliser les acteurs privés non-étatiques dans des actions en faveur de l’enseignement élémentaire, en dépit des engagements pris dans le cadre de l’EPT (Srivastava, 2010). Cette idée est pertinente dans le contexte indien, comme je l’explique ci-dessous.

Éducation pour tous en Inde et engagement du secteur privé

11En 2000, le gouvernement de l’Inde a lancé le SSA, son programme emblématique pour l’éducation élémentaire universelle, qui devait à l’origine fonctionner jusqu’en 2010. Avec l’adoption de la loi RTE entrée en vigueur en 2010, le SSA est entré dans une seconde phase. Un cadre révisé pour le SSA basé sur les dispositions appropriées de la loi RTE a été conçu (MHRD, 2011) pour universaliser l’enseignement élémentaire compte tenu de la loi (voir Little, 2010 ; Srivastava et al., 2013 pour des discussions plus détaillées sur le SSA et le RTE).

12La distinction entre le SSA, schéma ou programme « centralement sponsorisé » et la loi RTE, cadre légal dont les dispositions ont force exécutoire doit être notée. Tandis que le SSA dirigeait la programmation éducative des gouvernements du Centre et des États depuis 2000, la loi RTE est destinée à l’emporter sur tous les autres cadres étatiques pour l’éducation.

13Le principal objectif du SSA avait été d’étendre de manière conséquente les initiatives du gouvernement pour atteindre l’universalisation de l’enseignement élémentaire. Bien qu’il y ait eu une expansion du secteur d’État, une étude récente pour le département britannique pour le Développement international (DFID) a montré qu’il y avait eu également une croissance importante de la scolarisation privée (y compris dans les établissements privés dont les frais de scolarisation sont faibles), ainsi qu’un accroissement du nombre de PPP (Srivastava et al., 2013) au cours de la première décennie du SSA. Et ceci, en dépit du fait que la vision proposée dans les documents du SSA n’accordait pas un rôle spécifique au secteur privé dans l’élargissement de l’accès à l’éducation, en particulier pour les groupes désavantagés.

14L’accent était mis sur l’universalisation de l’éducation par l’amélioration des écoles gouvernementales, l’expansion des installations dans les zones non desservies, et la scolarisation des enfants hors de l’école. Les organisations de la société civile et les ONG étaient actives dans ce domaine, et le SSA accueillait favorablement ce type d’interventions. Au fil du temps, les activités du secteur privé se sont étendues, y compris celles d’autres acteurs comme les fondations et les entreprises privées. Nombre d’entre eux sont apparus comme des acteurs importants dans un éventail plus large d’initiatives, à la fin de la première décennie du SSA. Le sentiment dominant était que cette situation résultait d’une attitude générale de laissez-faire vis-à-vis de l’expansion du secteur privé, compte tenu d’autres objectifs plus pressants pour le SSA (Srivastava et al., 2013).

15Le rôle du secteur privé dans la réalisation de l’accès universel à l’éducation dans le cadre de la loi RTE est aussi contesté. Au centre du débat se trouve la Section 12(1) (c), qui impose aux écoles privées non subventionnées d’allouer 25 % des places dont elles disposent à partir de la classe 1 (ou du préprimaire, selon le cas) gratuitement aux « enfants appartenant aux sections les plus faibles et aux groupes désavantagés » pour qu’ils puissent y rester jusqu’à ce qu’ils terminent l’enseignement élémentaire (classe 8) (Government of India, 2009). Ces étudiants doivent être admis à travers une « gratuité » allouée de manière aléatoire par loterie. Les écoles privées doivent recevoir, pour chaque enfant inscrit dans le cadre de la disposition des 25 % de places gratuites, un montant correspondant au minimum de l’équivalent des dépenses de l’État par enfant ou des frais de scolarité de l’école (Section 12(2), Government of India, 2009).

16La question est celle de la subvention d’État au secteur privé. Ses partisans affirment qu’il s’agit d’une mesure d’équité destinée à permettre l’ouverture aux enfants défavorisés d’un système scolaire hautement stratifié. Dans le meilleur des cas, l’attribution de places gratuites doit leur donner une chance d’accéder aux écoles les plus demandées (c’est-à-dire les écoles privées d’élite/chères), bien que les données initiales indiquent le contraire (Noronha et Srivastava, 2013). Ses défenseurs affirment aussi que c’est la seule manière d’atteindre l’universalisation de l’enseignement élémentaire en raison de l’insuffisante capacité d’accueil du secteur d’État (Jain et Dholakia, 2010).

17Les critiques soutiennent que cette disposition marque la légitimation institutionnelle explicite du secteur privé en éducation, sans que des efforts suffisants aient été faits pour renforcer un secteur d’État en décomposition (Jha et Parvati, 2010 ; Ramachandran, 2009). Ces opposants arguent depuis longtemps que de telles initiatives, couplées avec des stratégies de renforcement de la décentralisation et d’affaiblissement des structures gouvernementales, détournent les ressources et les fonds indispensables d’un secteur public déjà sous-financé que la majorité des enfants, en particulier les plus pauvres et les plus marginalisés, fréquentent en réalité (Kumar, 2008 ; Tilak 2007). L’idée sous-jacente est que « les gouvernements trouvent commode d’utiliser la décentralisation [et la privatisation] comme un mécanisme d’abdication de leur responsabilité d’éduquer les gens » (Tilak, 2007, p. 3874).

18Malgré ces critiques et l’engagement visible de l’Inde en faveur du principe de l’EPT, le rôle du secteur non étatique privé s’est accru dans le domaine éducatif. L’analyse indique ici que cela a été facilité par des préoccupations politiques opportunistes liées à la réalisation, au moins en théorie, de l’EPT et à l’adoption de la loi RTE, et par un processus parallèle de macroplanification qui était, de manière générale, favorable au secteur privé et aux PPP en éducation. L’action reposait sur une logique d’intervention basée sur une vision du secteur privé présumé capable d’offrir des capacités supplémentaires. Ces thèmes sont détaillés ci-dessous :

Opportunisme politique : sous financement de la loi RTE

19Notre récent travail de terrain sur la phase initiale d’application de la loi RTE a mis en évidence que des concessions financières sur les coûts complets ont été faites, dans les coulisses de la politique mise en œuvre (Srivastava et Noronha, à paraître). Des comités de travail chargés de fournir des estimations techniques et financières ont été invités à réduire les estimations initiales à des chiffres plus « politiquement acceptables » ou « attrayants », de peur que la Loi RTE (alors projet de loi) ne soit pas adoptée, et même dans le cas où elle le serait, ne soit pas mise en œuvre. Lorsqu’on leur a demandé si c’était en réponse à une réelle contrainte de ressource, les personnes impliquées dans le processus de rédaction du projet et dans la mise en œuvre directe de la Loi RTE que nous avons interrogées ont répondu qu’elles n’en étaient pas convaincues.

20On a demandé aux groupes de travail de réduire les estimations de 15 % au moins, selon l’une des personnes interrogées. Les résultats de cette sous-estimation se font sentir. Les premières analyses financières réalisées à la suite de l’adoption de la loi indiquent la nécessité de fonds supplémentaires évalués entre 1 710 et 2 310 milliards de roupies pour faire face aux dispositions de la loi (Economic Times Bureau, 2010). Mehrotra (2012) fournit une analyse détaillée de l’estimation initiale de 1 710 milliards de roupies du ministère du développement des ressources humaines pour l’universalisation de l’enseignement primaire, et prédit une bousculade entre les États pour les fonds du centre, compliquant la mise en œuvre de la loi.

Logique d’intervention acceptée : le secteur privé peut répondre aux besoins de capacité supplémentaire

21Le rôle présumé du secteur privé dans l’offre d’une capacité supplémentaire a un rôle déterminant dans le sous-financement de la loi RTE et l’universalisation de l’enseignement élémentaire selon ses dispositions (Srivastava et Noronha, à paraître). La logique est que le secteur privé étant en expansion, il offrira une capacité d’accueil supplémentaire pour faire face aux besoins des enfants hors de l’école, et que par conséquent, il devrait être « encouragé » à se développer. Il y a eu une forte contestation et des débats au sein des comités techniques à ce sujet. Ces discussions ont mis en évidence le fait que les estimations financières étaient déjà calculées sur une base résiduelle, c’est-à-dire que les estimations avaient déjà pris en compte le nombre d’étudiants absorbés par les capacités existantes dans le secteur public et dans le secteur privé, et que les chiffres étaient basés sur le nombre net d’enfants hors de l’école. C’est cependant l’opportunisme politique qui a prévalu.

  • 5 Les écoles privées subventionnées sont gérées de manière privée, mais financées de manière substant (...)

22Notre analyse des données existantes indique un certain nombre d’autres préoccupations concernant la capacité du secteur privé à assurer un accès équitable. Les passages « Éducation » de l’enquête ménages de la National Sample Survey Organisation (NSSO) montrent une forte augmentation de la participation du secteur privé, subventionné et non subventionné, entre 1995-1996 (avant le SSA) et 2007-2008 (pendant le SSA)5. Cependant, l’écart entre garçons et filles dans les zones rurales et urbaines a également augmenté par rapport à la période antérieure au primaire (jusqu’à la classe 5) et dans les classes du primaire supérieur (typiquement, les classes 6 à 8) en 2007-2008. Les données de la NSSO pour 2007-2008 montrent également que les enfants appartenant aux castes et tribus répertoriées étaient surreprésentés dans les écoles publiques, et sous-représentés dans les écoles, subventionnées ou non, du secteur privé (voir Srivastava et al., 2013 pour une analyse plus approfondie).

Enthousiasme pour les PPP dans les politiques de macroplanification

23L’analyse des dixième, onzième et douzième plans quinquennaux témoigne de l’accent mis de manière croissante sur les acteurs du secteur privé dans chaque plan, à travers un mécanisme non défini de PPP (Srivastava, 2010 ; Srivastava et al., 2013). Le Douzième Plan a de plus vu la création du Groupe de travail sur la participation du secteur privé et le partenariat public-privé dans l’enseignement scolaire pour la préparation du processus de planification, dont le rôle était de définir les paramètres pour la « promotion de la coopération et l’engagement public-privé ». La participation accrue du secteur privé dans l’éducation est une extension de l’introduction des PPP dans les secteurs sociaux. Les stratégies proposées dans les plans relient de manière forte les PPP dans l’éducation et la privatisation et postulent en outre une diminution du rôle de l’État dans le financement de l’éducation, de la gestion et de la réglementation, malgré les affirmations contraires qui figurent dans les documents du Plan.

24Alors que la rhétorique du Onzième Plan à propos des PPP et des acteurs privés dans les secteurs sociaux et l’éducation était relativement timide et noyée dans les discussions sur l’implication du secteur public, l’approche du Douzième Plan était beaucoup plus explicite. En ce qui concerne l’enseignement élémentaire notamment, le document Approche du Douzième Plan positionne la disposition concernant les 25 % de places gratuites de la loi RTE – qui demeure une clause controversée – comme l’impulsion nécessaire pour supprimer de manière ostensible les barrières à l’entrée pour poursuivre le développement du secteur privé :

Dans le Douzième Plan, il faudra explorer les possibilités permettant d’impliquer le secteur privé de façon plus significative pour atteindre l’objectif d’expansion et d’amélioration de la qualité. Reconnaissant l’importance des écoles privées, la loi RTE mandate toutes les écoles, qu’elles reçoivent ou non une aide financière du gouvernement, de réserver 25 % des places pour les enfants des ménages défavorisés. Cependant, les barrières à l’entrée sont élevées pour le privé et devront être réexaminées (Planning Commission, 2011, p. 97).

25Notant la controverse potentielle dans l’augmentation de l’engagement du secteur privé dans les secteurs sociaux, le document Approche du Onzième Plan suggérait un exercice de relations publiques pour recueillir le soutien du public dans le but de « rendre les PPP acceptables » et de « créer des projets de PPP crédibles suscitant une réaction positive du public » (Planning Commission 2006b, p. 41). Le Douzième Plan reconnaît explicitement qu’il y a débat : « Le recours aux PPP dans le domaine social suscite souvent des inquiétudes concernant la commercialisation de services que l’on s’attend généralement à voir fournis gratuitement ou avec de fortes subventions » (Planning Commission, 2012, p. 18) et note que « ce sont des préoccupations importantes » (Planning Commission, 2012, p. 18). Il propose pourtant d’« étendre le concept de PPP aux […] projets du secteur social » (Planning Commission, 2012, p. 18), y compris l’éducation.

26Les hésitations relatives au renforcement de l’action du secteur non étatique privé et des PPP du Groupe de travail sur le PPP sont tues dans les documents finaux du Plan. Alors que le Groupe de travail sur le PPP pensait nécessaire d’accroître à la fois les ressources privées et les ressources publiques pour satisfaire aux engagements du RTE, il soulignait également un certain nombre de risques associés aux PPP en éducation, qui n’apparaissent pas dans la version finale du Douzième Plan.

Émergence de l’engagement d’acteurs non-étatiques privés nouveaux/non traditionnels

27L’apparition et l’engagement dans l’éducation d’acteurs non-étatiques privés nouveaux/non traditionnels (entreprises, groupes de réflexion, entreprises philanthropiques, fondations privées, fondations d’entreprises, cabinets de conseil, etc.) se sont accrus, y compris de la part d’acteurs aux motivations commerciales ou lucratives (Nambissan et Ball, 2010). Ce mouvement a été facilité par le discours général sur les PPP et les cadres macroéconomiques, qui incorporent diverses entités, des ONG à but non lucratif aux entreprises nationales et multinationales, aux fondations privées, parfois créées par des entreprises, et au-delà aux ONG internationales et aux agences bilatérales, aux agences multilatérales multilatérales, et des Nations Unies. Les initiatives PPP les plus récentes incluent la construction d’écoles, la gestion éducative, le parrainage scolaire et les programmes d’écoles modèles, l’investissement dans des écoles privées à tarifs réduits et les initiatives d’apprentissage assisté par ordinateur, entre autres (tableau 3).

28Des sociétés établissant des partenariats comme des initiatives relevant de leur responsabilité sociale d’entreprise et un secteur philanthropique en croissance et de plus en plus diversifié sont particulièrement importants dans le contexte indien. Les initiatives de responsabilité sociale d’entreprise en éducation pourraient se développer davantage, dans la mesure où la récente Loi sur les sociétés de 2013 impose à toutes les sociétés dont le chiffre d’affaires est supérieur à un certain seuil d’allouer 2 % de leurs revenus à la responsabilité sociale d’entreprise (Section 135(5), Government of India, 2013).

29L’éducation se taille la part du lion dans les dons philanthropiques en Inde (Bain et Company, 2012 ; Hurun Report, 2013 ; Mangaleswaran et Venkataraman, 2013 ; Sheth et Singhal, 2011). Le secteur est diversifié. Les fondations privées comme la Fondation Bharti et la Fondation Azim Premji, qui sont des entrants relativement récents, côtoient des fondations plus anciennes, mieux installées, comme le Sir Ratan Tata Trust et les fondations internationales comme Hewlett et MasterCard. On estime qu’un total de 122 millions de roupies a été donné par les dix plus importants donateurs en 2012-2013 (Hurun Report, 2013).

Table 3. Exemples d’initiatives de partenariat public-privé dans l’enseignement de base en Inde, 2000-2012

Initiatives

Partenaires privés

Nombre

2000-2005

2006-2012

Amélioration de l’apprentissage des étudiants grâce à la technologie (CAL)

Educomp, Intel , IBM, Education Initiatives, Central Square Foundation, Azim Premji Foundation, GMR Varadalakshmi Foundation

8

27

Amélioration de l’apprentissage des étudiants grâce à la technologie – formation des enseignants

Intel, Microsoft, Azim Premji Foundation, Educomp

30

7

Évaluation

Education initiatives, Rajiv Shiksha Mission, UNICEF, NUEPA, CIIL, HBCSE, University of Michigan, ICICI Bank Foundation, Municipal Corporation of Greater Mumbai, World Bank, Harvard University, Azim Premji Foundation, UNMCT (Torrent) Ltd. CSR initiative

2

6

Repas du midi

Naandi Foundation, GMR Varadalakshmi Foundation

6

2

Adopter une école (nombre d’écoles)

Bharti Foundation

-

49

Soutien pédagogique (développement du curriculum, soutien à la formation des enseignants et fourniture de matériel pédagogique)

ICICI Foundation, Sir Ratan Tata Trust, Care India, Eklavya, Bodh, Rashtreeya Vidyalaya Educational Consortium (RVEC), Muskaan (Bhopal), SRF Foundation, GMR Varadalakshmi Foundation

11

10

Amélioration de l’apprentissage – compétences/sujets spécifiques

Azim Premji Foundation, Pratham

5

12

Formation des compétences des comités de gestion des écoles (SMC), Instituts d’éducation et de formation des districts (DIET), Centres de ressource des quartiers et questions liées au droit à l’éducation

Sir Ratan Tata Trust, Oxfam, Bodh, Lokmitra, Samavesh, Save the Children

2

6

Écoles résidentielles

Bodh

1

-

Source : Srivastava et al., 2013. Les données originales ont été recueillies sur les sites Internet de l’État et des organisations.

Germes de tension ? Les obligations de la loi RTE et l’action du non étatique privé

30Alors que l’accent était mis de manière croissante sur les PPP et le secteur scolaire privé pendant le SSA et actuellement, la loi RTE a modifié les arrangements qui étaient possibles, en particulier pour les ONG. Traditionnellement, les ONG proposaient des activités d’éducation non formelle pour les populations vulnérables comme substitut à l’éducation formelle, encouragées comme un objectif stratégique dans le cadre du SSA. Ce n’est plus le cas dans le cadre de la loi RTE.

31De manière similaire, le fonctionnement d’écoles non reconnues, qui est partiellement attribué dans la littérature à une attitude de laissez-faire dans le cadre du SSA pour accroître le nombre d’écoles, n’est plus non plus possible selon les dispositions de la loi. Il est donc crucial d’aborder la question de la viabilité des diverses activités du secteur privé en éducation au regard de l’esprit de la loi RTE et de ses dispositions légales, et d’envisager les mesures appropriées.

32Cependant, alors qu’il y avait auparavant une implication forte des ONG et des organisations de la société civile, l’éventail et le nombre d’initiatives du secteur privé commercial se sont accrus à la fin du SSA et actuellement, dans la période postérieure au RTE. Cependant, cet engagement du secteur non étatique privé n’est pas balisé et le terrain est vaste. L’absence de cadres clairs – à la fois pour la mise en œuvre du RTE et pour l’implication du secteur privé non étatique en éducation – et des sources de données inexactes et incomplètes sur ce type d’initiatives empêchent de faire la lumière sur le rôle des principaux fournisseurs et l’ampleur de leurs contributions.

33Il existe aussi peu d’informations sur la nature exacte des partenariats entre les différents acteurs non-étatiques privés et le gouvernement ou les autres entités publiques, ou sur la manière dont les différents fournisseurs favorisent ou mettent en œuvre des services particuliers. Finalement, il y a une faible compréhension des dispositions pour le suivi et l’évaluation de cet engagement, crucial dans un contexte d’accroissement rapide du nombre de PPP, et au regard des obligations légales de la loi RTE. Ces questions – et par-dessus tout, le sous-financement de l’éducation – doivent être abordées de toute urgence, si une éducation élémentaire de qualité doit devenir une réalité pour les millions d’enfants de l’Inde.

Haut de page

Bibliographie

Bain & Company. (2012). India philanthropy report 2012. Bain & Company. Téléchargé de : http://www.bain.com/Images/REPORT_India_Philanthropy_Report_2012.pdf

Department of School Education and Literacy, Ministry of Human Resource Development. (2011b). Report of the Working Group on Private Sector Participation Including PPP in School Education for the 12th Five Year Plan. New Delhi : Ministry of Human Resource Development, Government of India. Téléchargé de : http://planningcommission.gov.in/aboutus/committee/wrkgrp12/hrd/wg_pppschool1708.pdf

Economic Times Bureau. (2010, July 30). Centre, states to share RTE expenses in 68:32 ratio. Economic Times. Téléchargé de : http://articles.economictimes.indiatimes.com/2010-07-30/news/27568621_1_rte-finance-commission-financial-burden [consulté le 21 avril 2014.

Government of India. (2009). The right of children to free and compulsory education act 2009. N° 35, 26 août 2009, New Delhi.

— . (2013). The companies act, 2013. 30 août 2013, New Delhi : Ministry of Law and Justice.

Hurun Report. (2013). Hurun India philanthropy list 2013. Téléchargé de : http://www.hurun.net/usen/NewsShow.aspx?nid=1498

Jain, P. S., & Dholakia, R. H. (2010). Right to Education Act: Public private partnership. Economic and Political Weekly, 45(8), 78-80.

Jha, P., & Parvati, P. (2010). Forward. Budget Track (Special issue on Right to Education), 7(2/3), 1-3.

Kumar, K. (2008). Partners in education ? Economic and Political Weekly, 43(3), 8-11.

Little, A. (2010). Access to elementary education in India: Politics, policies and progress. CREATE Pathways to Access Research Monograph, n° 44, Brighton, UK: Centre for International Education, University of Sussex. Téléchargé de : http://www.create-rpc.org/pdf_documents/PTA44.pdf

Mangaleswaran, R., & Venkataraman, R. (2013). Designing philanthropy for impact: Giving to the biggest gaps in India. Social Sector Practice, octobre 2013, McKinsey & Company.

Mehrotra, S. (2012). The cost and financing of the right to education in India: Can we fill the financing gap? International Journal of Educational Development, 32(1), 65-71.

Ministry of Human Resource Development [MHRD]. (2011). Sarva Shiksha Abhiyan framework for implementation based on the Right of Children to Free and Compulsory Education Act, 2009. New Delhi : Department of School Education and Literacy, Ministry of Human Resource Development, Government of India. Téléchargé de : http://ssa.nic.in/page_portletlinks?foldername=ssa-framework

Nambissan, G. B., & Ball, S. J. (2010). Advocacy networks, choice and private schooling of the poor in India. Global Networks, 10(3), 1-20.

Noronha, C., & Srivastava, P. (2013). India's Right to Education Act: Household experiences and private school responses. Education Support Program Working Paper Series 2013, n° 53, PERI, Open Society Foundations. Téléchargé de : http://www.periglobal.org/sites/periglobal.org/files/WP-No53-01-21-2014-FINAL.pdf

Planning Commission. (2005). Mid-term appraisal of the Tenth Five Year Plan (2002–2007). New Delhi : Planning Commission, Government of India.

— . (2006). Towards faster and more inclusive growth: An approach to the 11th Five Year Plan. Yojana Bhavan, New Delhi: Planning Commission, Government of India.

— . (2011). Faster, sustainable and more inclusive growth: An approach to the Twelfth Five Year Plan (2012-17). New Delhi : Planning Commission, Government of India. Téléchargé de : http://planningcommission.nic.in/plans/planrel/12appdrft/appraoch_12plan.pdf

— . (2012). Twelfth Five Year Plan (2012–2017): Faster, more inclusive and sustainable growth, vol. I (draft). New Delhi : Planning Commission, Government of India. Téléchargé de : http://planningcommission.gov.in/plans/planrel/12thplan/pdf/vol_1.pdf

Ramachandran, V. (2009). Right to Education Act: A comment. Economic and Political Weekly, 44(28), 155-157.

Rao, K. S. (2002). National Education Policy: Analysis and review. In K.S. Rao (Ed.), Educational policies in India: Analysis and review of promise and performance. New Delhi : NIEPA.

Sheth, A. & Singhal, M. (2011). India philanthropy report 2011. Bain et Company. Téléchargé de : http://www.bain.com/Images/Bain_Philanthropy_Report_2011.pdf

Srivastava, P. (2010). Privatization and Education for All: Unravelling the mobilizing frames. Development, 53(4), pp. 522-528

Srivastava, P., & Noronha, C. (Forthcoming). Institutional framing of the Right to Education Act: Contestation, controversy, and concessions. Economic and Political Weekly.

Srivastava, P., Noronha, C., & Fennell, S. (2013). Private sector study: Sarva Shiksha Abhiyan. Report submitted to DFID (India). Téléchargé de : http://www.prachisrivastava.com/uploads/1/9/5/1/19518861/srivastava_et_al._private_sector_study_ssa_india.pdf

Tilak, J.B.G. (2007) Inclusive growth and education : On the approach to the Eleventh Plan. Economic and Political Weekly, 42(38), 3872-3877.

— . (2010). Neither vision nor policy for education. Economic and Political Weekly, 45(13), 60-64.

UNESCO. (2011). The hidden crisis: Armed conflict and education EFA global monitoring report 2011. Paris : UNESCO.

— . (2013). Trends in aid to education: Lessons for post-2015. Education for All Monitoring Report Policy Paper n° 11. 2013/ED/EFA/MRT/PP/11. Décembre 2013. Téléchargé de : http://unesdoc.unesco.org/images/0022/002253/225300E.pdf

— . (2014a). Increasing tax revenues to bridge the education financing gap. Education for All Monitoring Report Policy Paper No. 12 2014/ED/EFA/MRT/PP/12/REV. Mars 2014. Téléchargé de : http://unesdoc.unesco.org/images/0022/002270/227092E.pdf

— . (2014b). Teaching and learning: Achieving quality for all. EFA global monitoring report 2013/4. Paris : UNESCO.

Haut de page

Notes

1 Il s’agissait des États-Unis, de la France, du Japon, de la Norvège, des Pays-Bas, et du Canada. Le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Australie et la Suède ont accru leur aide à l’éducation.

2 Cette présentation utilise le regroupement régional official de la Banque mondiale pour l’Asie du Sud, qui comprend l’Afghanistan, le Bangladesh, le Bhutan, l’Inde, les Maldives, le Népal, le Pakistan et le Sri Lanka.

3 Calculs effectués à partir des projections du rapport de Suivi de l’éducation pour tous 2011, UNESCO, 2011, p. 42.

4 Le gouvernement de l’Inde met en œuvre un processus de macroplanification tous les cinq ans. Un plan quinquennal est établi, qui met en place le cadre de dépense pour le pays. L’Inde en est maintenant à son douzième plan quinquennal (2012-2017). Pour plus d’informations, voir Planning Commission, Government of India : http://planningcommission.nic.in/

5 Les écoles privées subventionnées sont gérées de manière privée, mais financées de manière substantielle par le gouvernement pour leurs coûts récurrents. Les écoles privées non subventionnées sont détenues, gérées et financées de manière indépendante. Ces dernières sont considérées comme plus proches du secteur privé « pur ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Dépenses d’éducation en pourcentage du PNB, 2000-2012
Crédits Source : UNESCO Institute for Statistics (UIS) data tables, 2014
URL http://ries.revues.org/docannexe/image/3908/img-1.png
Fichier image/png, 49k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Prachi Srivastava, « Sous-financement de l’éducation et émergence du secteur privé : le cas de l’Inde », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], Colloque : L’éducation en Asie en 2014 : Quels enjeux mondiaux ?, mis en ligne le 11 juin 2014, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://ries.revues.org/3908

Haut de page

Auteur

Prachi Srivastava

Prachi Srivastava est professeur agrégée à l’École de développement international et globalisation de l’Université d'Ottawa. Elle est titulaire d'un doctorat de l'Université d'Oxford. Elle a beaucoup publié sur des thèmes tels que la privatisation de l'éducation et la politique globale de l'éducation. Elle est notamment à l’origine de la notion, maintenant largement acceptée, « d’enseignement privé à faibles frais de scolarité » et est l'un des premières à avoir mené des recherches sur ce sujet en Inde, pendant plus d'une décennie. Son travail a été présenté dans le Rapport mondial de suivi de l’Éducation pour tous de l’UNESCO. Elle a également été experte auprès de diverses agences gouvernementales et ONG internationales. Elle est actuellement chercheuse principale dans un important projet sur le droit à l'éducation et le rôle des acteurs privés non étatiques en Inde, financé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH). Auparavant, elle s’est engagée dans la mission des Nations Unies au Kosovo. Dernier ouvrage paru : Low-fee Private Schooling: aggravating equity or mitigating disadvantage? (Symposium Books, 2013). Site internet : www.prachisrivastava.com ; courriel : prachi.srivastava@uottawa.ca ; Twitter @PrachiSrivas

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page