Navigation – Plan du site
Dossier - Musique et éducation

Musique et cohésion sociale lors d’un moment décolonial en Afrique du Sud

Music and social cohesion in a decolonial moment in South Africa
Música y cohesión social en un momento descolonial en África del Sur
Stephanus Muller
Traduction de Sylvaine Herold
p. 129-138

Résumés

Cet article évoque différentes initiatives musicales institutionnelles prises lors de la vague de protestation qui a agité les universités sud-africaines en 2015 et 2016. Il considère différents types de réponses – structurelles, archivistiques et événementielles – apportées à ce moment de crise de l’enseignement supérieur sud-africain, et prend l’exemple de l’Université de Stellenbosch, dans la province du Cap occidental (Afrique du Sud), pour illustrer la manière dont des approches institutionnellement innovantes pour l’enseignement de la musique à l’université pourraient contribuer à répondre aux demandes de transformation décoloniale de l’université sud-africaine portées par les étudiants.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2019.

Plan

Africa Open : une réponse structurelle aux demandes de changement
Les archives de la protestation : Ingoma Yomzabalazo
Solidarité non autorisée à travers la musique : You’re in Chains Too

Aperçu du texte

En 2015-2016, l’Afrique du Sud a été secouée par une vague de protestation étudiante d’ampleur nationale. Déclenché par le mouvement #RhodesMustFall (RMF) à l’Université du Cap (UCT), qui réclamait le retrait du campus de la statue du magnat minier impérialiste Cecil John Rhodes (1853-1902), le mouvement s’est ensuite différencié au sein des différentes universités, intégrant des dimensions anti-Afrikaans, intersectionnelle et ouvrière. Il a finalement abouti à la revendication d’une éducation gratuite pour tous, identifiée dans un mouvement national intitulé #FeesMustFall. Les établissements d’enseignement supérieur sud-africains ont réagi à cette vague de protestation de différentes manières. À l’Université de Stellenbosch, où le mouvement était initialement dirigé par le collectif OpenStellenbosch, les rencontres, soigneusement chorégraphiées, entre les étudiants et la direction ont finalement dégénéré en une confrontation frontale, marquée par des actes de désobéissance civile e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stephanus Muller, « Musique et cohésion sociale lors d’un moment décolonial en Afrique du Sud », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 75 | 2017, 129-138.

Référence électronique

Stephanus Muller, « Musique et cohésion sociale lors d’un moment décolonial en Afrique du Sud », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 75 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://ries.revues.org/5984 ; DOI : 10.4000/ries.5984

Haut de page

Auteur

Stephanus Muller

Stephanus Muller est professeur de musique et directeur d’Africa Open – Institut de musique, de recherche et d’innovation, à l’Université de Stellenbosch (Afrique du Sud). Il encadre de nombreux étudiants de troisième cycle en musique et dirige différents projets de recherche institutionnelle. Il est par ailleurs corédacteur du journal South African Music Studies, et romancier. Courriel : smuller@sun.ac.za

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page